Quel régime fiscal pour LMNP ?

Souvent, la location meublée est réputée afin d’être avantageuse fiscalement pour des bailleurs. Peu de propriétaires connaissent en réalité, et emploient correctement ce statut. Cet article vous montre comment le régime réel de statut lmnp vous permettra d’économiser la part importante des impôts sur les loyers grâce au régime d’imposition sur des plus-values très avantageux et aux amortisseurs.

Fiscalité LMNP : le régime spécifique

La majorité des clients de la gestion locative louent aussi sans le savoir avec un statut LMNP. Une obligation d’inscription au registre de commerce a récemment été abrogée. Lorsque vous ne respectez pas cela, vous louez ainsi en meublé en tant qu’un loueur meublé non professionnel. De plus, ce régime ne s’applique pas à des locations vides. Les LMNP ou loueurs de meublé non professionnel profitent du régime fiscal spécifique, comportant plusieurs avantages potentiels pour tous ceux qui connaissent en tirer le bon parti. Mais quelles sont les conditions afin d’en bénéficier ? Ledit régime d’une location meublée non professionnelle ou la LMNP s’adresse, comme son nom l’indique, à des propriétaires louant un ou encore plusieurs biens meublés. Par ailleurs, par opposition à une location nue, dont tous les loyers sont également imposés en tant que des revenus fonciers, lesdits loyers qui sont tirés de la location meublée ont une particularité d’être considérés comme les BIC ou bénéfices industriels et commerciaux. Aux yeux d’une loi, le loueur de meublé s’apparente ainsi plus à l’entrepreneur qu’au bailleur classique. Il existe deux conditions alternatives permettant de profiter d’une fiscalité en LMNP. Il faut que le montant total annuel de loyers qui sont perçus soit inférieur à vingt-trois mille euros ou bien ledit montant ne dépasse pas cinquante pour cent du revenu total de foyer. Si vous louez les meublés, mais que vous n’avez rempli aucune de ces 2 conditions, dans ce cas, vous entrez automatiquement dans un régime de LMP ou location meublée professionnelle.

Régime réel ou microentreprise ?

Même si vous relevez de régime de loueur du meublé non professionnel, 2 modes d’impositions différents peuvent également s’offrir à vous : le régime réel ou la microentreprise. Le micro-BIC ou le régime de microentreprise ne vous permet également pas de déduire les charges. Cependant, en compensation, il propose une comptabilité simplifiée et notamment un abattement forfaitaire de cinquante pour cent des loyers qui sont perçus avant imposition. Afin d’en bénéficier, il ne faut pas dépasser un certain plafond des loyers qui sont perçus durant l’année. Le régime réel est par ailleurs obligatoire pour ceux qui dépassent le plafond. Pourtant, il peut également être choisi par ceux qui se placent en dessous. Cette fois, il s’agit de calculer et de déduire du revenu imposable l’ensemble des charges. Entre autres, cela inclut les intérêts d’emprunt, les travaux, la taxe foncière, mais aussi les frais d’amortissement LMNP. Une inscription préalable est aussi requise auprès du greffe de tribunal de commerce. Cela permet de devenir LMNP. Un tribunal de commerce compétent, c’est celui de lieu où se place le bien loué.

Amortissement et LMPNP : comment cela fonctionne-t-il ?

Le principe dudit amortissement du statut lmnp consiste généralement à lisser, sur de nombreuses années, une perte financière qui est représentée par l’usure naturelle de logement et de son mobilier. Ainsi, la valeur de l’amortissement obtenue est ensuite, chaque année, déduite des bénéfices réalisés. De plus, le montant d’amortissement annuel prend en compte à la fois de l’équipement, du bien immobilier lui-même et du mobilier, mais pas d’une valeur de terrain. Son calcul est aussi soumis aux règles strictes qui sont imposées par l’administration fiscale. Ainsi, la durée de l’amortissement du bien immobilier peut être comprise entre vingt-cinq et quarante ans en fonction des cas, tandis que celle de mobilier peut être de cinq à sept ans. Un amortissement ne crée pas le déficit foncier. Néanmoins, en cas d’un bénéfice zéro, le surplus peut être déduit de bénéfices futurs durant neuf ans. De plus, ce mécanisme peut aussi s’avérer extrêmement précieux lors des premières années de la location, quand les charges sont les plus importantes.

LMNP et TVA

Tous les loueurs du statut lmnp exercent généralement en franchise de TVA. Ceux-ci ne la facturent également pas auprès des locataires et ils ne peuvent pas la récupérer sur les achats. L’investissement locatif en LMNP peut, sous certaines conditions, vous faire bénéficier du remboursement progressif de TVA payée pendant l’achat, soit environ seize pour cent du montant de bien. Mais afin de profiter de ladite défiscalisation, vous devez ainsi acheter le bien neuf au sein de la résidence des services comme EHPAD, la résidence de tourisme, la cité étudiante, etc. Vous devez également placer un bien en gestion auprès de l’exploitant pour une durée de neuf ans et ne pas revendre ce bien durant au moins vingt ans. Le régime LMNP en microentreprise ou en amortissement présente en général des atouts indéniables afin de diversifier un patrimoine et d’optimiser la situation financière.

Pourquoi domicilier le siège social de son entreprise ?
Paul Morlet : Comment se caractérise son management d’entreprise ?