Transport de personnes à mobilité réduite

La mobilité affecte tous les aspects de notre existence. Nous nous déplaçons continuellement pour aller au travail, faire du shopping ou voir des amis. Ne pas avoir de transport accessible est donc un problème sérieux pour le transport de personnes à mobilité réduite, car cela les empêche de vivre leur vie en toute liberté et indépendance.

Transports publics ou transports privés ?

L’accessibilité en matière de transport de personnes est un concept large qui fait référence à la fois aux installations et aux infrastructures permettant aux personnes à mobilité réduite d’utiliser à bon escient les transports publics et privés. Mais aussi de bénéficier des mêmes conditions de sécurité et de confort que les autres voyageurs.

Une ville accessible doit garantir qu’en plus de disposer de lignes de transport accessibles (bus, métros, tramways, etc.), elle dispose d’arrêts, de terminaux et de gares adaptés aux voyageurs à mobilité réduite. C’est ce que l’on entend par transports publics accessibles.

Dans le cas du transport privé, qui représente environ 50 % des transports utilisés par les personnes à mobilité réduite, ce seront les entreprises qui apportent ces garanties d’accessibilité. Aussi, cliquez ici pour plus d’infos concernant le transport privé des personnes à mobilité réduite.

Les usagers eux-mêmes doivent aussi s’assurer de l’accessibilité aux moyens de transport utilisés, notamment si l’on parle de véhicules adaptés dans lesquels les personnes à mobilité réduite voyagent en tant que conducteur ou en tant que passager.

Les normes concernant le transport de personnes à mobilité réduite

Que l’on parle de transports publics ou de transports privés, plusieurs normes doivent être respectées. Dans de nombreux cas, il s’agit d’exigences liées au confort, à la sécurité et à l’efficacité du transport.

Si, par exemple, on parle de voyageurs à mobilité réduite qui ont besoin d’un fauteuil roulant, il faudra avoir le certificat de crash-test pour être sûr que celui-ci puisse être utilisé comme siège dans un véhicule, selon la norme ISO 7176-19 . Le fauteuil roulant doit être ancré au châssis du véhicule avec le passager et être attaché avec une ceinture de sécurité avec au moins trois points d’ancrage (afin qu’il puisse couvrir la poitrine à travers l’épaule et le bassin). Dans la mesure du possible, il est conseillé que le fauteuil soit équipé d’un appui-tête ajusté approprié pour le transport.

De plus, le fauteuil roulant doit toujours être placé face à l’avant dans le sens de la marche, car c’est ainsi que les crashs-tests sont effectués.

Les infrastructures permettant de faciliter les déplacements, quant à elles, doivent permettre à chaque voyageur d’entrer, de sortir, de monter ou de descendre dans des conditions optimales. Les informations fournies concernant l’utilisation des ascenseurs et des plates-formes doivent être claires, compréhensibles et faciles à utiliser par tout utilisateur.

Enfin, les différents moyens de transport doivent disposer de places spécialement réservées aux personnes à mobilité réduite, de sièges avec ancrages au sol pour fauteuils roulants et de systèmes d’entrée et de sortie (plates-formes élévatrices, rampes, etc.) entièrement accessibles.

Les autres aspects à garder à l’esprit

Une grande partie du transport de personnes à mobilité réduite est assurée par des services privés. C’est pourquoi il est très important de connaître les critères d’adaptation d’un véhicule.

Lors de l’achat d’un véhicule, une personne à mobilité réduite doit prendre en compte si elle va le conduire, mais aussi si ce sera son unique moyen de transport. Dans tous les cas, il faut donc vérifier s’il est possible de réaliser les modifications nécessaires pour faciliter l’accès au véhicule et pour garantir ainsi un bon confort.

Il existe néanmoins des ateliers automobiles dans lesquels les modifications et adaptations peuvent être apportées en fonction de vos besoins, et cela, que vous alliez conduire ou être passager. Il existe également des auto-écoles dans lesquelles vous pouvez pratiquer la conduite avec une voiture adaptée, et suivre des cours de conduite si vous souhaitez obtenir votre permis de conduire.

L’aide financière pour le transport de personnes à mobilité réduite

Avoir son propre véhicule adapté à ses besoins spécifiques et pouvoir utiliser des services publics adaptés (taxis, bus, avions, trains, etc.) est un droit qui ne peut pas toujours être exercé. L’obtenir est un effort dans lequel les citoyens, les institutions et les entreprises doivent être impliqués. C’est pourquoi, des aides financières ont été établies, à savoir : l’aide de l’Agefiph, l’aide du Fiphfp, LA PCH ou Prestation de compensation du handicap, le Pass Navigo gratuit, le transport médical conventionné, l’aide pour le transport scolaire et l’aide liée au transport vers les CAMSP ou vers les établissements spécialisés.

Sachez également que certains pays peuvent accorder une aide financière à la fois pour l’achat d’un véhicule déjà adapté et pour sa modification. Ils peuvent également ajuster la taxe sur la valeur ajoutée sur la facture dans les deux cas (achat ou modification).

Si vous souhaitez vous tenir au courant de toutes les informations sur la mobilité ainsi que les aides auxquelles les personnes à mobilité réduite peuvent prétendre, n’hésitez pas à effectuer régulièrement des recherches sur le web.

Quand boire le maté ?
Les tendances actuelles en matière de rideaux